بيانات صحفية

Evénement parallèle Private Equity en marge du TICAD 8

La Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l'Afrique (TICAD), est un forum international sur le thème du développement en Afrique. La première conférence (TICAD 1) s'est tenue en 1993 sous les auspices du gouvernement japonais. Depuis lors, la TICAD est organisée en collaboration avec les Nations unies, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), la Commission de l'Union africaine (CUA) et la Banque mondiale (BM).

La TICAD est un forum ouvert auquel participent non seulement les pays africains mais aussi les organisations internationales, le secteur privé et la société civile qui œuvrent au développement de l'Afrique, et où la sagesse et les efforts des uns et des autres sont réunis et discutés afin de contribuer efficacement au développement de l'Afrique. La TICAD promeut l’appropriation et le partenariat international.

Cette année, la 8ème TICAD (TICAD 8) aura lieu en Tunisie le 27 & 28 août 2022. L’Afrique accueillera pour la deuxième fois la TICAD, dont la 6ème édition (TICAD 6) s’est déroulée au Kenya, en 2016.

La TICAD 8 sera organisée pour la première fois en Afrique du Nord, dans des circonstances exceptionnelles de la guerre russo-ukrainienne et deux ans après la crise sanitaire mondiale. Elle s’articulera autour du thème du Financement en Equity en Afrique, un Vecteur de Reprise. Le financement en equity a plusieurs avantages, dont essentiellement l’implication du bailleur de fonds qui a engagé son argent et cherche la réussite de l’investissement engagé. Il en résulte plus d’implication de toutes les parties, bailleurs et porteur du projet. Le financement en Equity est un financement engagé mais aussi un financement responsable, la conjugaison des efforts de toutes les parties prenantes est un garant de réussite et de développement. En complément au financement en dette, pour ce dernier mode, certes nécessaire mais le bailleur tend à chercher les garanties pour se faire rembourser, ce qui pourrait parfois freiner l’avancement du projet surtout en période de crise. Faisant partie des acteurs engagé en capital le financeur devient un élément de réussite puisque tout faut pas, augmente le risque. A cette implication s’ajoute un élément d’une importance majeure, le départage du risque ; étant actionnaire parmi d’autres, cela implique un partage du risque. L’investisseur jouit de cette contribution collective dans la réussite du projet ou de l’action entamée. Etendre cette philosophie au cercle des relations bilatérales ou même multilatérales entre des acteurs internationaux ne peut être qu’un vecteur de stabilité et une expression de bonne volonté d’un développement commun.  Ce mode de financement est valable pour le secteur privé mais également vrai pour le secteur public surtout avec l’avènement croissant du concept, de plus en plus en expansion, à savoir le Partenariat Public Privé. Si le secteur privé constitue la pierre angulaire de tout développement économique. Le secteur public est également aussi indispensable est un reste un acteur de taille du développement. Il est un acteur économique mais aussi facilitateur et l’initiateur des politiques et des stratégies de développement.

La CDC en co-organisation avec le ministère de l’économie et de la planification, et en tant qu’investisseur public de long terme qui cherche à entreprendre des actions d’impact, se veut acteur actif dans cette reprise en mettant des fondements solides qui permettront la réalisation des objectifs attendus surtout que nous parlons de nouveaux procédés et modèles de développement. Notre vie n’est plus la même après la crise sanitaire. La révolution de la digitalisation a trouvé le meilleur soutien dans cette crise en faisant évoluer la manière de traiter les problèmes.

Les entreprises ont été très touchées, la solution à leurs problèmes devrait être globale et ne pas se limiter au volet financier, qui reste certes important, mais il faut voir le problème sous d’autres angles. Le financement, les techniques proposées, les solutions auxquelles il faut penser, d’où la diversité des intervenants qui viennent de différents horizons avec un objectif unique « REUSSIR ».

Le panel intitulé « Le Financement en Equity en Afrique, un Vecteur de Reprise » est une tentative des acteurs financiers présents de donner leur vision quant à la reprise post covid. La manière de s’y prendre n’est plus la même, les techniques et les solutions à proposer doivent suivre. Certes le rythme du changement s’est accéléré au point que parfois il nous surprend, qui aurait imaginé avant la crise sanitaire que le basculement vers le télétravail se ferait avec cette vitesse pour devenir le mode adopté.

Ce panel est un essai pour présenter le financement de l’investissement sous différents angles et à travers divers mécanismes qui s’adaptent mieux avec l’évolution qu’on connait, à l’instar de l’option digitale et les autres évolutions.

A travers cette rencontre et les échanges, nous essayerons de trouver un plan d’action commun pour répondre aux besoins nouveaux des demandeurs de financement avec des solutions rapides, simples et efficaces.

 

19/08/2022